La retraite en danger ! Tous concernés même au Figaro !

Le Premier ministre a présenté mercredi 11 décembre les grandes lignes du projet de retraite universelle. Comme redouté, le projet suit les recommandations du rapport Delevoye mais le flou demeure toujours sur de nombreux aspects. La CGT, avec d’autres organisations syndicales et de la jeunesse, appelle à une journée de mobilisation, le mardi 17 décembre, contre cette réforme.

Qui est concerné par la réforme ?

Tout le monde.

Les salariés nés avant 1975 conservent le régime actuel mais seront impactés par l’âge d’équilibre à 64 ans qui sera mis en place en 2027

Les salariés nés entre 1975 et 2003 garderont le régime actuel jusqu’en 2025 puis auront le nouveau système universel.

Les salariés nés après 2004 se verront appliquer le régime par point dès le 1er janvier 2022.

Le gouvernement promet, à la jeunesse, un système de retraite injuste.

La retraite calculée sur l’ensemble de la carrière

C’est le premier point qui assure une baisse des pensions si celle-ci est calculée sur l’ensemble de la carrière plutôt que les 25 meilleures années. Ce système avait la vertu d’écarter les années moins génératrices de droits (chômage, maternité, maladie, petits boulots). La retraite universelle va les prendre en compte sans que le détail de ces prises en comptes soit précisément connu. Déjà perdante tout le long de leur carrière au niveau salarial, les femmes vont y perdre au niveau de leur pension de retraite. Les maigres mesures annoncées ne compenseront pas les 8 trimestres octroyés par enfant et la bonification de 10 % pour les parents de plus de 3 enfants. La pension de réversion ne sera versée qu’à partir de la retraite (64 ans) et non à partir de 55 ans.

L’âge d’équilibre.

Déjà en place depuis le 1er janvier 2019 sur la retraite complémentaire Agirc-Arrco grâce à la CFDT, ce mécanisme ampute la partie complémentaire de la retraite du salarié d’un malus de 10% pendant 3 ans s’il choisit de partir à 62 ans à la retraite. S’il part à 64 ans, il n’a pas de malus.

Le projet gouvernemental envisage d’établir le même mécanisme (10% de pension en moins) mais sur la totalité de la pension et pendant toute la durée de la retraite. Cette mesure signe la fin effective de la retraite à 62 ans. Tous les salariés à compter de la génération 1960 seront concernés.

Niveau et taux de cotisations

Le régime actuel de retraite est alimenté par des cotisations prélevées sur la totalité du salaire annuel pour le régime général et jusqu’à 320000 euros pour les retraites complémentaires.

Le système universel propose de prélever des cotisations jusqu’à 120000 euros maximum et une faible cotisation de solidarité au-delà.

C’est le passage à un système à solidarité réduite. Un cadre ou un dirigeant qui gagne 200 000 euros par an va économiser plus de 6000 euros de cotisations, son employeur va lui économiser 11000 euros. Soit un total de 17000 euros perdus pour le système solidaire. Pas perdus pour tout le monde car les assurances privées vont se précipiter pour proposer des solutions à ces cadres et dirigeants…

 

Et qu’en est-il des spécificités propres à la presse ?

Pour les employés couverts par la convention de la presse quotidienne nationale, il s’agit d’un recul. Ils cotisaient à un taux supérieur pour la retraite complémentaire et bénéficiaient d’une meilleure pension. Tout ceci est fini.

Pour les journalistes, il existe une déduction forfaitaire de 20% sur le taux de cotisations pour les salariés comme pour les employeurs. Le rapport Delevoye indique que l’Etat continuera à prendre en charge la différence mais qu’il faudra réévaluer la pertinence de cette dérogation.

Enfin il existe aussi une déduction forfaitaire spécifique de 30% pour les journalistes dont les ressources humaines demandent à chaque journaliste chaque année en janvier s’il veut appliquer ce taux. L’application de cette déduction a une incidence sur la rémunération et sur les droits à la retraite d’un grand nombre de journalistes. Ce dispositif sera peut-être amené à disparaître sans que les détails ne soient encore connus.

 

Tous concernés, tous mobilisés !!!

Le collectif CGT du Figaro appelle les salariés à participer massivement à la journée de mobilisation du mardi 17 décembre 2019.

Manifestation République – Bastille – Nation à 13h30

Rendez-vous possible au Figaro à 13h00 – Plus de renseignements sur cgt@lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *