Accord sur le Perco, du bon pour les salariés ou pour la direction ?

cgt-figaroL’intéressement sur l’année 2015 est finalement de 50 euros loin des chiffres promis lors de la négociation de l’accord l’an dernier. De plus, deux accords, l’un sur la création d’un Plan d’épargne retraite collectif (Perco) au Figaro, l’autre sur la mise en place du Césu préfinancé pour la garde des enfants de moins de 3 ans, ont été négociés ces dernières semaines. La CGT a pris de la décision de signer l’accord sur le Césu mais pas celui sur le Perco. Explications.

1/ Le Cesu préfinancé

La participation aux frais de garde des jeunes enfants est une revendication de la CGT qu’elle avait formulée lors de la négociation égalité professionnelle (chapitre articulation vie personnelle et professionnelle). La direction l’avait à cette époque refusée, mais avait repris cette idée lors des NAO de 2015. Les parents de jeunes enfants de moins de 3 ans ou d’un enfant en situation de handicap vont bénéficier de 1000 euros (dont 250 à la charge du salarié) pour les frais de garde de leur enfant. La CGT se félicite de cet accord.

2/ L’intéressement

Vous avez reçu une lettre du CIC qui vous informe du versement de l’intéressement au titre de l’année 2015. C’est le premier depuis 2012, mais c’est aussi un des plus faibles que nous ayons reçu.

 

Année

2010

2011

2012

2013*

2014*

2015

Intéressement

900 Euros

528 Euros

0

0

0

50 Euros

* Pour les années 2013 et 2014, la direction ne s’était montrée pas très rapide pour signer un accord sur l’intéressement alors que les résultats de l’entreprise auraient permis une versement d’environ 336 euros au titre de 2013 et 590 euros au titre de 2014.

Trois possibilités se présentent :

  • Vous choisissez de recevoir immédiatement votre intéressement, il est versé sur votre compte bancaire.

  • Vous choisissez le placer sur le Plan Epargne entreprise. Les sommes sont bloquées pendant 5 ans.

  • Vous choisissez de le placer sur le Perco. Vous pouvez bénéficier d’un abondement de la part de l’entreprise mais les sommes sont bloquées jusqu’à votre départ en retraite.

 Vous devez faire part de votre choix avant le 30 mai 2016.

Attention à compter de cette année, vous devez répondre au courrier reçu sinon votre intéressement sera automatiquement versé sur le Plan épargne entreprise

 

3/ Le Perco (Plan d’épargne retraite collectif)

Revendiqué par plusieurs organisations syndicales de l’entreprise, le Perco est présenté comme un dispositif additionnel aux retraites de base et complémentaire. Pour autant, même le responsable du CIC venu présenter le dispositif au comité d’entreprise reconnait que la capitalisation de 10000 euros, au bout de 15 ou 20 ans, ne va donner qu’une rente mensuelle de 10 ou 15 euros pour le salarié bénéficiaire…

L’intérêt pour l’entreprise est bien sur l’exonération des cotisations sociales que permet ce dispositif, au risque de mettre les réserves de retraites de base et complémentaire encore plus en difficulté.

Le Perco est donc bien un choix politique de l’entreprise qui préfère abonder sur ces dispositifs plutôt que de faire bénéficier à ses salariés des augmentations salariales.

Pour rappel, une augmentation salariale permet une disponibilité immédiate et pérenne d’argent ainsi que des droits futurs avec les cotisations sociales alors qu’un dispositif comme le Perco permet soit le retrait des sommes épargnées, soit une rente, au moment du passage à la retraite.

Pour autant, le Perco est maintenant une réalité et chaque salarié se trouve confronté à un choix individuel : soit vous n’ouvrez pas de Perco et vous ne bénéficiez d’aucun abondement, soit vous l’utilisez pour récupérer quelques subsides versés par l’entreprise.

  • Si vous décidez de placer votre intéressement (50 euros), l’entreprise va abonder de 150 euros. Avec la CSG et la CRDS, votre versement est en fait de 46 euros, celui de l’entreprise devrait avoir les mêmes prélèvements.

  • Si vous décidez d’effectuer un versement volontaire de 50 euros supplémentaire, l’entreprise va abonder de 150 euros. Quelques prélèvements devraient aussi être à prévoir.

  • Si vous choisissez d’y transférer des jours du compte épargne-temps (CET), l’entreprise pourra abonder votre versement. Mais pour l’instant très peu d’informations concrètes sont données pour cette option. Nous allons tenter de vous en fournir un peu plus.
    Tout d’abord, tous les salariés ne sont pas concernés, seuls ceux qui ont ouvert un CET peuvent en bénéficier. Actuellement 430 salariés sur 833 ont un CET, mais seuls 284 d’entre eux (204 journalistes, 63 cadres et 17 employés) ont cinq 5 jours épargnés ou plus sur leur CET. Pour les autres rien du tout, à moins de renoncer à leurs RTT ou à leurs jours de congés.
    Ensuite, comment seront valorisé vos jours de CET ? Si les jours de CET ont une valeur et sont accompagnés de toutes les cotisations sociales salariales et patronales, leurs transferts vers le Perco s’accompagnent d’une exonération de cotisations sociales tant salariales que patronales. L’abondement proposé par la direction remplace donc les cotisations qu’elle devrait honorer en cas d’utilisation de ces jours de CET. Avec une économie substantielle pour elle, puisque l’abondement est plafonné à 200 euros.
    Le tableau ci-dessous vous donne une estimation de l’abondement qui pourrait être versé. Quelques prélèvements (CSG et CRDS…) sont à prévoir également. N’hésitez pas à demander à la DRH une estimation plus précise avant de vous engager.

    Exemple : si votre salaire net est de 1600 euros, 5 jours épargnés sur un CET repésentent 466 euros de salaire et 234 euros de cotisations sociales patronales. Si vous les transférez vers le Perco, vous devriez avoir 466 euros de salaire et 93 euros d’abondement. Un forfait social de 16 ou 20 % est également à prévoir.

 

Salaire mensuel net

Salaire mensuel brut

CET : valeur brute pour 5 jours

CET : cotisations patronales pour 5 jours

Transfert vers le Perco : valorisation brute de 5 jours

Perco : abondement brut de l’entreprise

1600

2050

466

234

466

93

2000

2560

582

291

582

116

2500

3210

730

366

730

146

3000

3850

875

439

875

175

3500

4490

1020

511

1020

200

4500

5130

1166

584

1166

200

5000

6410

1457

730

1457

200

6000

7690

1748

875

1748

200

 

Avec le versement de l’intéressement 2016 et un versement volontaire de 50 euros, chaque salarié peut récupérer l’abondement de l’entreprise et ouvrir un Perco avec environ 400 euros en 2016.

Pour autant, la CGT a finalement décidé de ne pas signer l’accord sur la mise en place du Perco. Pour plusieurs raisons :
– Les salariés du Figaro ont besoin d’une hausse de leur salaire plutôt que de la mise en place d’un dispositif d’épargne salariale.
– En ouvrant son perco, le salarié s’engage jusqu’à sa retraite ; la direction ne s’est engagé à l’abonder que pour l’année 2016. Chaque année, la direction sera tentée de proposer un abondement pour le Perco plutôt que des augmentations salariales, ou même rien du tout.
– La disposition sur le transfert des jours de CET vers le Perco pousse les salariés à renoncer à leurs RTT et/ jours de congés, à moindre coût pour la direction.
– La direction s’est refusée, pour l’instant, à examiner notre revendication de mettre en place un système d’aide aux aidants familiaux (congés de solidarité familiale, congés de proche aidants) qui peut être alimenté solidairement par les jours de CET.

Une réflexion au sujet de « Accord sur le Perco, du bon pour les salariés ou pour la direction ? »

  1. Bonjour,

    Pouvez-vous me faire un retour sur la réponse de la direction ? En effet, à date (08/09/2016), l’abondement net est toujours à 126.96€ au lieu de 138€ …
    Merci par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *